Hebdotouraine
Magazine de TouraineSouvenirs

les confréries des vins de la touraine

dix-confreries

les confréries des vins de touraine.

Il s’agit d’un dossier complet d’une vingtaine de pages extrait du magazine de la touraine N°5 du mois de janvier 1983.

Vous pourrez y lire les articles de, Roger Lecotté, Confréries saint-Vincent et confréries vineuses (1982), la confrérie des Chevaliers de la Chantepleure de Vouvray, Souvenir du IXe chapitre de la Chantepleure par Louis Rameix (1951) avec la participation et la photographie de « la belle vedette britannique Patricia Roc » et de Brigitte Auber. Vous pourrez apercevoir page 11 Michèle Cotta sous la haute autorité du Grand Maître Gaston Huet, s’apprêtant à boire « d’un seul trait et jusqu’à l’ultime gouttelette ce calice qui n’est d’ailleurs, pour un Chevalier digne de ce nom, guère plus grand que le dé à coudre d’une gente et jolie demoiselle ». Un article à propos de la Confrérie des Maîtres de Chais de Saint-Georges-sur-Cher « Quand le vin est tiré, il faut le boire » en photo Maurice Bouges, autrefois fournisseur de rosé du général de Gaulle, la photo d’un hôte de marque : Jean-Marc Thibault intronisé en 1979 au château de Chenonceau. La confrérie des Chevaliers des Cuers du Baril de Loches, la Confrérie des Fripe-Douzils d’Ingrandes-de-Touraine, Fripe-Douzils (entendez par là les joyeux buveurs) en présence du Grand Maître Daniel Martin et du Grand Archiviste Régis Mureau. Un article à propos de la confrérie des Compagnons de Grandgousier de Mesland « usez mais n’abusez pas », la confrérie des Bons Entonneurs Rabelaisiens der Chinon d’un pays riche en grottes et souterrains. La vigne en Chinonais remonte probablement à l’époque gallo-romaine. Vous verrez Liz Taylor intronisée en 1980 « Buveur d’eau ne fit jamais artiste » en présence du docteur Siegfried Grand Maître de la confrérie rabelaisienne allemande, Jacques Couly, Grand Maître des Bons Entonneurs Rabelaisiens. Page 18 vous retrouverez en photo la confrérie des Bons Entonneurs Rabelaisiens, présente pour défendre l’humanisme et le Chinon « le vin de Chinon est un élixir de santé. C’est le soleil tellurique du terroir qui confère à ses crus leur thérapeutique du terrain. La quintessence de ses sèves en fait à la fois le régulateur de l’équilibre interne, un aliment tonique de la vie cellulaire et un préventif d’exception contre la fatigue et le stress » (Docteur Henri Billard, médecin-chef du centre de thalassothérapie, directeur du centre national anti-fatigue de Paris. Vous pourrez lire l’article de la Commanderie des Grands Vins d’Amboise « Nos Roys l’ont aimé. » Devise confirmée par un acte de Louis XI, qui prisait à tel point le bon vin d’Amboise qu’en 1463 il ordonnait de vendre avant tout autre vin sur le marché de Tours, au prix de 13 livres la pipe, en raison de sa qualité. La Coterie des Closiers de Montlouis, l’histoire d’Abraham Courtemanche, la confrérie des Tire-Douzils de Chemery, et pour terminer ce dossier un article à propos de la Commanderie de la Dive Bouteille de Bourgueil et Saint-Nicolas-de-Bourgueil par Jean Lefèvre, Grand Œnologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »